Loading...
Loading...

Monday, 25 August 2014

[AfricaRealities] Johnson: We Must Crack Down On UK Jihadists

 

It's OK to create  laws to fight against terrorism and cracking down on UK jihadists. But, do not forget the fight against discrimination, inequality and apartheid in UK , which may contribute to some people leaving UK to fight overseas wars. 

I have read a lot of stuff in the media and heard a lot of politicians' comments about British people who travel to fight in Iraq and Syria. Unfortunately, no-one has said anything about the need to combat discrimination, inequality and apartheid in the UK in relation to migrants, refugees and minority ethnic communities. 

For example,  for minority ethnic communities, having  completed college or university education in the UK does not necessary enable them to get a paid job. Statistics show that most young people from black and minority communities are unemployed or cannot pursue  further education.  Don't ignore the realities by hiding your head in the sand.
 
Johnson: We Must Crack Down On UK Jihadists
London Mayor Boris Johnson has said Britons who travel to fight in Iraq and Syria without telling the authorities should be presumed to be potential terrorists until they are proven innocent.
His is the latest voice to call on the Government to take tougher measures to combat extremism, following the murder of US journalist James Foley by an Islamic State (IS) militant, dubbed 'Jihadi John', who is believed to be British.
Mr Johnson, who has overall responsibility for the Metropolitan Police, warned that to do nothing and allow IS, formerly known as ISIS and ISIL, to establish a "caliphate" would mean a "tide of terror will eventually lap at our own front door".
"We are going to have to make up our minds very quickly about this 'caliphate': how we will respond to the irruption of a new and hellish country on the map, and how we deal with these Brits who go off and fight in its name," he said, writing in his Daily Telegraph column.
"The place would be a giant training ground for terrorists and wannabe jihadis. We need to try to close it down now, before it gets worse."
He said the IS "wackos" must be tackled and joined growing calls, including from former shadow home secretary David Davis, for Britons fighting abroad to be stripped of their citizenship, and said control orders should be brought back immediately for the most serious cases.
"We need to make it crystal clear that you will be arrested if you go out to Syria or Iraq without a good reason," he said.
"The law needs a swift and minor change so that there is a 'rebuttable presumption' that all those visiting war areas without notifying the authorities have done so for a terrorist purpose."
And he suggested the reportedly English jihadist who beheaded Foley, whom British intelligence agencies are close to identifying, should be killed in a bomb attack.
Mr Johnson said: "Young men such as this killer are famously told that if they die in 'battle' they will be welcomed in heaven by the sexual ministrations of 72 virgins.
"Many of them believe it - even though scholars have suggested that the reference to 'black-eyed virgins' is in fact a promise of 72 raisins. I suspect most of us don't give a monkey's what happens to this prat in heaven, whether he meets virgins or raisins - we just want someone to come along with a bunker-buster and effect an introduction as fast as possible."
Foreign Secretary Philip Hammond has also warned that IS fighters will " seek to strike us on British soil " if they are not stopped.
Writing in the Sunday Times, Philip Hammond said it was horrifying that the perpetrator "could have been brought up in Britain" and said the Government was investing "significant resources" to tackle "a barbaric ideology".
The UK Government has also appointed Lieutenant General Sir Simon Mayall as security envoy to the Kurdistan region of Iraq to help with efforts to defeat IS.
 
https://uk.news.yahoo.com/johnson-must-crack-down-uk-jihadists-084456528.html#P9WEKAE

__._,_.___

Posted by: FAIRER SOCIETY <fairersociety@yahoo.com>
Reply via web post Reply to sender Reply to group Start a New Topic Messages in this topic (1)
----------------------------------------------------------
The Voice of the Poor, the Weak and Powerless.

-----------------------------------------------------------
Post message:  AfricaRealities@yahoogroups.com
Subscribe: AfricaRealities-subscribe@yahoogroups.com
Unsubscribe: AfricaRealities-unsubscribe@yahoogroups.com
List owner: AfricaRealities-owner@yahoogroups.com
__________________________________________________________________

Please consider the environment before printing this email or any attachments.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-http://www.africarealities.com/

-https://www.facebook.com/africarealities

.

__,_._,___

[AfricaRealities] Re: *DHR* Sexisme, harcèlement moral, discrimination... Mon parcours du combattant au sein de l'ONU

 

Wahoo!

Commencer une carrière internationale à seulement 20 ans, même "Après une épreuve de dactylo réussie avec brio" c'est aussi un exploit en soi. Bravo Madame Narame. Et bon courage. Vous êtes l'exception qui confirme la règle, dit-on. Il faudrait en être fière et surtout positiver. Même si ceci devrait être votre combat ultime, gardez toujours vos armes "secrètes".
 
BS

Van: "Samuel Desire sam4des@yahoo.com [Democracy_Human_Rights]" <Democracy_Human_Rights@yahoogroupes.fr>
Aan: "realitesafricaines@yahoogroupes.fr" <realitesafricaines@yahoogroupes.fr>; "africarealities@yahoogroups.com" <africarealities@yahoogroups.com>; Rwandalibre Group <rwandalibre@yahoogroups.com>; DHR <Democracy_Human_Rights@yahoogroupes.fr>
Verzonden: maandag 25 augustus 10:47 2014
Onderwerp: *DHR* Sexisme, harcèlement moral, discrimination... Mon parcours du combattant au sein de l'ONU

 
Publié le 13-04-2014 à 14h04  - Modifié le 14-04-2014 à 08h03
15 réactions | 18695 lu
Temps de lecture Temps de lecture : 7 minutes
Avatar de Zita Naramé
Par Zita Naramé
Franco-rwandaise

LE PLUS. Zita Naramé a passé 40 ans à l'ONU, et ce qu'elle en a vu n'est pas glorieux : des top managers qui sont pour la plupart des escrocs, des agents humiliés, harcelés, mis au placard s'ils dénoncent des fraudes... L'organisation, qui se bat pour maintenir la paix dans le monde, devrait faire attention à ce qui se passe entre ses murs, si l'on en croit le récit de son expérience édifiante.

Édité et parrainé par Rozenn Le Carboulec
alt
Discours de Mahmoud Ahmadinejad à l'ONU, à New York, le 24 septembre 2012 (SIPA)
 
Discrimination raciale, harcèlement moral, sexisme, escroqueries… sont des pratiques courantes, voire banales, rarement évoquées au sein du système des Nations Unies. Moi qui en ai été victime, j'ai souhaité le dénoncer.
 
Je n'avais pas 20 ans, lorsque je fus confrontée au sexisme pour la première fois. En avril 1973, fuyant la menace d'un troisième génocide des Tutsi rwandais, je venais de trouver refuge à Goma, au Congo.
 
Le vieux président du tribunal de Grande instance recrutait. Après une épreuve de dactylo réussie avec brio, il rejeta ma candidature… parce que je repoussais ses avances ! 
 
Une désillusion rapide
 
Recrutée par l'ONU en 1974, mon idéal des valeurs morales, d'éthique et d'intégrité s'est fracassé en 1979, lorsqu'Hugo LaCanne* prit la direction du projet de l'agence pour l'alimentation qui m'employait.
 
Harceleur et escroc, recherché par Interpol pour rapt d'enfant, il régnait par la terreur et l'intimidation. Responsable des comptes, je devins sa cible en pointant ses dépenses personnelles incompatibles avec les règles comptables.
 
En représailles, il me dénia l'accès au coffre et confia mes tâches à mon assistant. L'acharnement s'avéra si dévastateur que je fus hospitalisée. Alertée sur son escroquerie et une gouvernance désastreuse, l'ONU dépêcha une mission d'enquête qui conclut à son licenciement.
 
Le médecin qui m'a soignée et les enquêteurs ont évoqué le harcèlement, le sexisme et un comportement indigne envers la seule femme qui évoluait au sein d'une équipe masculine.
 
Mes congés de maternité ? On a voulu m'en priver
 
J'étais en poste à Kinshasa en 1982, lorsque Paul Carré* fut nommé à la tête du bureau du CEPAS, une agence des Nations Unies basée à Paris.
 
Escroc compulsif – même ses frais de bouche étaient comptabilisés –, d'une grande arrogance, il avait réussi l'exploit de détourner plusieurs mois de salaires d'un collègue.
 
Il puisa dans la caisse dès le premier jour. En découvrant son absence d'intégrité et un comportement indigne à tous égards, j'ai tout mis en œuvre pour décrocher une mutation à Paris. Paul fut licencié après un rapport d'enquête très accablant.
 
Dès 1987, j'affrontai un nouveau genre d'escroquerie auprès d'Igor*, champion des contrats cavaliers qui compensaient le manque à gagner d'un prélèvement de 60% de son salaire que le gouvernement russe imposait à ses ressortissants.
 
Sexiste, il fit preuve d'une grande intolérance pendant mes grossesses, au point d'envisager la possibilité de me priver des congés de maternité.
 
Des coups de fil constants, de jour comme de nuit
 
À partir de juillet 1994, j'assistais un Philippin devenu haut fonctionnaire sans aucun diplôme, d'un sans-gêne sans limite, qui m'infligeait des appels à mon domicile à des heures indues, même les weekends.
 
Harceleur, escroc sans scrupules qui concoctait des contrats de complaisance pour rémunérer les faveurs de ses conquêtes, un rapport d'audit révélant un détournement de 50.000 dollars pour financer les études de son fils exacerba un caractère déjà instable.
 
Je l'ai quitté sans cérémonie, pour fuir son sexisme et une violence quotidienne.
 
Mensonges et discrimination raciale
 
La preuve des pratiques discriminatoires et sexistes au sein du CEPAS me fut fournie en 2002. Le comité de sélection des candidats où siégeaient des représentants syndicaux a découvert que pour m'empêcher d'accéder au poste d'assistante d'un DG indien, poste historiquement réservée aux ressortissantes britanniques, un rapport d'évaluation me qualifiait d'hispanophone sans aucune maîtrise du français ou de l'anglais, handicapée par un statut de mère de famille incompatible avec les horaires d'un bureau directorial !
 
En 2005, rien ne changea. Alerté par un groupe d'ambassadeurs latino-américains qui réclamaient l'annulation de la nomination d'un top manager américain réputé raciste, le PDG du CEPAS, resta inflexible, persuadé que l'individu était un proche du président Bush.
 
Trevor* avait pourtant à son actif plusieurs condamnations pour discrimination raciale, harcèlement moral et représailles exercés sur des hauts cadres issus des minorités : latinos, juifs, afro-américains ou asiatiques, limogés des postes-clés d'une université – créée pour eux –, qu'il présidait en Californie.
 
À Paris, il utilisa la même technique : un plan de réforme révolutionnaire !
 
Mars 2007. Convaincu d'escroquerie par un rapport de la Cour des Comptes, Trevor* quitta Paris dans la honte, mais son butin dépassait les 20 millions d'euros.
 
La campagne médiatique fut sans précédent, mais le nettoyage ethnique pratiqué sur une quinzaine d'agents, parmi eux de très hauts fonctionnaires qui avaient en commun la couleur foncée de la peau, passa inaperçue.  
 
Mutée pour avoir dénoncé deux tentatives de fraude
 
Je fus sa première victime, pour avoir pointé deux tentatives de fraude sur ses frais de mission entre janvier et avril 2005. En représailles, dès son arrivée en poste fin juin 2005, prétextant un besoin de constituer sa propre équipe pour mettre en œuvre une réforme bidon, il refusa qu'une assistante noire soit sa plus proche collaboratrice, et exigea ma mutation immédiate pour installer un Américain nativesans sélection compétitive, avec un salaire deux fois supérieur.
 
La complaisance du CEPAS fut édifiante. Ma mutation était irrégulière, Trevor* récidivait un acte raciste, son passé scabreux était du domaine publique, mais la DRH acquiesça avec empressement à son rejet de ma personne sans avoir identifié un autre lieu d'affectation.
 
Privée de bureau avec confiscation et appropriation de toutes mes archives électroniques, le PDG ignora ma contestation d'une mutation faite dans la violence.  
 
Après ma plainte, appels anonymes et harcèlement insidieux
 
La discrimination raciale, la violation du droit, l'intimidation et le harcèlement moral étaient incontestables, mais le CEPAS protégea ostensiblement l'ami supposé de Bush et déploya un impressionnant dispositif de répression pour empêcher "un menu fretin" [1] de saisir les organes de recours.
 
En portant plainte, j'étais loin d'imaginer que je pénétrais au cœur d'un système gangrené par des pratiques honteuses – qui devaient donc rester occultées –, vu qu'ils impliquaient l'ensemble du top management qui avait aidé ouvertement un homme peu recommandable à tricher et à discriminer.
 
Le harcèlement fut insidieux et permanent. Ma carrière fut brisée, sans augmentation de salaire ni régularisation administrative par la signature d'un nouveau contrat pendant huit ans, avec une insécurité palpable et une menace qui m'exposait au licenciement au moindre faux pas.
 
Je fus accablée de tâches au-dessus de mon grade, humiliée, traitée avec mépris – on me disait que j'étais chanceuse d'avoir encore un salaire !
 
Étroitement surveillée, je fus l'objet d'appels anonymes à mon domicile, j'ai même reçu des menaces de mort.
 
Le racisme et le harcèlement sont institutionnalisés
 
Cela m'a interpellée qu'une agence onusienne qui œuvre pour l'égalité, l'équité, la paix entre les peuples, le respect de la dignité humaine et de la diversité, qui dispose d'un service dédié à la lutte contre la xénophobie et toutes les formes de discrimination, accepte l'inadmissible et l'intolérable.
 
Ma longue lutte pour la réhabilitation dans mes droits fondamentaux humains m'a prouvé que la discrimination raciale et le harcèlement moral étaient des pratiques institutionnalisées à tous les niveaux du CEPAS.
 
J'ai fait face à des actes d'hostilité inimaginables, chaque top manager ayant reçu l'ordre de saboter le processus de mon recours. Les rares collègues qui acceptaient de m'aider étaient harcelés à leur tour, y compris les médiateurs et le médecin du travail qui furent sèchement rappelés à l'ordre.
 
"Ferme ta bouche !", le livre-témoignage que j'ai publié et qui reprend tous ces éléments, est donc le cri d'une indignation contre ces agents indignes et peu scrupuleux, sans aucun idéal noble, qui n'ont pas leur place dans une organisation internationale.
 
L'acharnement dont je fus l'objet et le bannissement qui m'a isolée au milieu d'un millier de collègues m'ont incitée à faire le bilan d'une très longue carrière onusienne. Mon parcours fut une succession de rencontres avec des escrocs, des harceleurs, des sexistes et des racistes.
 
50% des top managers étaient des escrocs
 
De 1974 à 2010, sur les 15 top managers que j'ai assistés, seuls sept d'entre eux étaient des agents intègres. Des huit cas d'escroquerie et de harcèlement constatés, deux furent sanctionnés au Zaïre. À Paris, où les sommes dérobées étaient pourtant de loin faramineuses, aucun agent ne fut inquiété.
 
Doté d'un pouvoir considérable, le top manager onusien dispose d'un budget vertigineux qui attise la convoitise, et les escrocs profitent des failles d'un système de contrôle peu rigoureux, facilement contournable.
 
L'agent qui ose dénoncer l'escroquerie ou l'indignité de son patron s'expose donc aux représailles d'un individu super puissant, capable de briser une carrière, prêt à tout pour se maintenir dans une fonction prestigieuse mais peu durable, dont il veut tirer un maximum de profits avant la fin de son mandat.
 
L'ONU a son propre tribunal
 
Les hauts fonctionnaires onusiens jouissent d'une immunité diplomatique qui les préserve des poursuites judiciaires, et les victimes d'abus sont démunies, en l'absence d'un système de recours équitable.
 
L'ONU a son propre tribunal, mais sa saisine n'est possible qu'après épuisement des recours internes dont dispose l'employeur. Les agences retardent donc le processus au maximum, ce qui s'avère dissuasif pour les victimes, car la constitution d'un dossier prend plusieurs années.
 
De plus, ces agences s'appuient sur une équipe de juristes et puisent dans un budget provenant des contributions versées par les États-membres, nos pays, là où les victimes d'abus peinent à s'offrir une assistance juridique.
 
Les femmes sont les plus touchées
 
Il faut savoir que les rapports d'investigation sont truqués pour discréditer un agent. J'en ai fait l'expérience. Le système de défense n'a donc rien d'égalitaire, surtout lorsque l'on sait que ce tribunal ne condamne jamais une agence de l'ONU pour discrimination raciale, ce qui serait dévastateur pour l'image d'une institution internationale qui œuvre principalement pour la paix entre les peuples et l'égalité des individus.
 
Peu représentées aux postes de commandement, majoritaires dans des fonctions subalternes, les femmes sont les plus touchées par la discrimination, mais elles ne sont pas les seules, car un subtil système d'écrémage exclut d'office les nationalités indésirables des processus de recrutement ou d'avancement.
 
Les candidatures sont inutiles, tout est joué d'avance
 
L'affichage d'un poste vacant n'est donc qu'un leurre, car après les entretiens d'embauche, un panel d'interview établit l'évaluation qui prouvera, en cas d'audit, l'existence d'une sélection compétitive.
 
Dans la pratique, l'élu est choisi bien avant l'appel à candidatures. En tant que femme noire, je peux affirmer que j'ai travaillé dix fois plus que mes collègues pour une reconnaissance moindre, mais l'excellence de mes compétences et un comportement exemplaire à toute épreuve furent le socle qui ne pouvait pas m'être dénié, qui m'a permis de résister.
 
 
 
[1] Terme péjoratif inventé par les tops managers du CEPAS pour désigner les agents de grade peu élevé
 
*Tous les noms ont été changés.
 http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1187385-sexisme-harcelement-moral-discrimination-mon-parcours-du-combattant-au-sein-de-l-onu.html


__._,_.___

Posted by: Bernard Suku <bsuku07bis@yahoo.com>
Reply via web post Reply to sender Reply to group Start a New Topic Messages in this topic (2)
----------------------------------------------------------
The Voice of the Poor, the Weak and Powerless.

-----------------------------------------------------------
Post message:  AfricaRealities@yahoogroups.com
Subscribe: AfricaRealities-subscribe@yahoogroups.com
Unsubscribe: AfricaRealities-unsubscribe@yahoogroups.com
List owner: AfricaRealities-owner@yahoogroups.com
__________________________________________________________________

Please consider the environment before printing this email or any attachments.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-http://www.africarealities.com/

-https://www.facebook.com/africarealities

.

__,_._,___
Loading...

READ MORE RECENT NEWS AND OPINIONS

Popular Posts

Africa

WebMD Health Channel - Sex & Relationships

Recent Articles About Effective Communication Skills and Self Development

Africa